La mise en place d’un liner

L’ETAT DU SUPPORT :

• Le liner doit être posé sur un bassin non étanche, de façon à permettre l’élimination des eaux de condensation. En sens inverse, il est important d’éviter que des eaux d’infiltration ou souterraines ne viennent perturber ce liner. En cas de rénovation par exemple, et de pose d’un liner sur un bassin étanche, des trous sont réalisés en divers endroits afin d’éviter que les eaux de condensation ne se stockent entre le liner et le bassin.

• La structure qui sert de support est nettoyée très soigneusement avec un aspirateur

• Tout matériau incompatible avec le liner est ensuite enlevé : peinture, caoutchouc, encre, goudron..

• Il est important que le fond et les parois du support soient parfaitement lisses, sans aspérités, de manière à ne pas abîmer le liner. Si tel n’est pas le cas, il est recommandé de poser une couche séparatrice, sous la forme d’un feutre de protection, entre la structure et le liner. Ce feutre, ainsi que la colle utilisée, doivent être imputrescibles, sans produits migrants, compatibles avec le liner et traités anti-fongique. Cependant, il vaut mieux éviter d’utiliser ces éléments avec des terrains comportant une nappe phréatique ou une circulation d’eau au niveau du sol naturel.

• Afin d’éviter toute prolifération de micro-organismes anaérobies entre le liner et la structure, il est préférable d’appliquer, à la brosse ou au rouleau, un produit fongicide et bactéricide afin d’effectuer une action préventive rémanente.

LES ÉTAPES ET LA MISE EN PLACE :

Avant la pose, le liner doit être conservé dans un local chauffé (en période froide). Il est d’ailleurs préférable de ne pas le stocker trop longtemps.
La température idéale pour la pose d’un liner se situe entre 10 et 25°C. Lorsqu’il ne fait pas assez chaud, le bâchage et le chauffage du bassin facilitent cette mise en œuvre. S’il fait trop chaud, il est conseillé de travailler en début et en fin de journée et d’arroser les parties ensoleillées, de manière à éviter les allongements de matière et les plis qui en découlent.

Le liner est d’abord fixé en haut des parois, sur le profil d’accrochage (Hung), puis il est plaqué sur le bassin (fond et parois) au moyen d’un ou 2 aspirateurs. Cette mise en tension, impérative avant la mise en eau, doit être maintenue jusqu’à ce que le niveau d’eau atteigne les 10-15cm par rapport au bas des parois. Dans le cas d’un escalier recouvert d’un liner, il est nécessaire de placer aussi un aspirateur dans cette zone ainsi que des sacs de sable afin de caler chaque marche jusqu’au remplissage complet. S’il s’agit d’un liner sans profilé d’accrochage soudé sur la partie supérieure (accrochage Overlap), la tension est donnée par le poseur.

Quand tout est bien mis en place, c’est la pression de l’eau qui prend le relais des aspirateurs et plaque le liner contre la structure du bassin.
Au fur et à mesure que l’eau arrive à hauteur des pièces à sceller du bassin (bonde de fond, skimmers, refoulements, projecteurs…), on procède à la mise en place des joints et des brides d’étanchéité, avant de découper le liner. On agit de la même manière en présence d’un escalier modulaire, qui est obligatoirement équipé d’une bride d’étanchéité périphérique sur 3 côtés. Pour éviter une tension excessive du liner au niveau de ces brides d’étanchéité, le bord des pièces fixées en paroi doit être au moins à 30cm des angles. La qualité des joints, leur positionnement, le moment où les découpes sont faites, autant de points important pour assurer l’étanchéité et l’esthétique du bassin.

Il est possible de remplacer la bonde de fond par une aspiration de bas de paroi, afin d’éviter la fixation du liner par cette pièce en fond de bassin, et les éventuels problèmes liés à la mise en eau, à la remise en place du liner si le bassin a été vidé, à des infiltrations d’eau d’origines diverses entre la structure et le liner…

Une fois le bassin prêt, la mise en place du liner à proprement parler est assez rapide, puisqu’elle ne dure que quelques heures (suivant le débit d’eau de votre installation). Un homme seul peut parvenir, dans la mesure où le bassin est de dimension moyenne (10x5m) et de forme simple. Il suffit ensuite de contrôler régulièrement le remplissage de la piscine.

Le saviez-vous ?
Un liner, comme toute matière, présente toujours un phénomène de « sudation ». C’est ainsi que pour une piscine de 10x5m avec une surface de parois et un fond d’environ 80m2, on estime la perte par vapeur d’eau à environ 2litres/jour.
Si d’évidence, cela ne peut être assimilé à une fuite (on parlerait alors d’une fuite de l’ordre de plusieurs centaines de litres/jour), ces 2 litres multipliés par nos 365 jours l’an représentent 735 litres. Où passeraient-ils si le support était 100% étanche ? Il est donc primordial que cette eau puisse s’évacuer au travers du bassin lui-même. Il doit donc être NON ETANCHE.

Avec un revêtement liner, 2 types d’escaliers sont envisageables :

– UN ESCALIER MODULAIRE (acrylique ou polyester), muni d’une bride d’étanchéité pour faire le lien avec le liner du bassin. Cette solution, sans liner sur l’escalier, est largement favorisée aux Etats-Unis, pourtant inventeur du liner ! Elle évite ainsi tout problème de plaquage, de plis ou de dépositionnement du liner, notamment lors de la mise en place ou de l’hivernage (baisse du niveau d’eau qui conduit à découvrir au moins une marche).

– UN ESCALIER RECOUVERT du même liner que le bassin. Si vous prévoyez ce type d’escalier ou de banquette, il est important de respecter un certain nombre de règles.
* Pour que le liner soit bien plaqué, il faut maintenir un poids d’eau suffisamment important sur la 1ère marche, soit une hauteur de 20 à 30cm d’eau
* Il est impératif que les angles horizontaux entre les marches et les contremarches soient vifs. Seul l’angle entre le fond du bassin et la dernière contremarche peut être arrondi, identique aux rayons horizontaux du bassin.
* Les angles verticaux des marches doivent également être vifs.
* Il est recommandé de placer une buse de refoulement sur la 1ère contremarche de façon à mieux assurer le plaquage du liner.
* Il est difficile de poser un escalier liner de plus de 4 marches et il est conseillé ne pas aller au-delà de 5 marches.
* On peut prévoir éventuellement un anti-dérapant sur les marches de l’escalier.

Bien que le liner présente une grande élasticité, il est conseillé de ne prendre les mesures du bassin que lorsqu’il est achevé. Ceci afin d’éviter toute erreur et tout problème lors de la mise en place et ce, même si cela doit engendrer des délais de livraison dus à une attente de fabrication.

En effet, les différences des côtes entre les plans et la réalité construite n sont pas rares et sont la plupart du temps, dues à de petites erreurs, à la présence d’une nappe d’eau ou de roches qui a conduit à modifier, au dernier moment, les données du radier (fond de la piscine). En général, le fabricant définit un léger sous-dimensionnement afin de permettre une pose parfaite et sans pli.

En moyenne, cette durée de vie est de 10 ans et même bien au-delà si l’on en prend soin et s’il est de qualité (PVC vierge entre autres). Mais comme ce revêtement a pour avantage d’être amovible, il est toujours possible d’en changer, soit par choix, soit parce qu’il est abîmé.

Au fur et à mesure des années, les traitements vont modifier légèrement la couleur de votre liner. Les variables peuvent être d’ailleurs plus ou moins rapides. Les surdosages répétés ou prolongés de certains produits sont à éviter. La chloration choc avec volet fermé également. La décoloration sera d’autant plus visible et prononcée que le liner est foncé. On trouve également des liners imprimés (mosaïques, marbrés, mouchetés ou granités). Les frises quant à elles sont destinées à décorer la ligne d’eau tout en demeurant très « antiques » dans leur esprit.

Chaque année, même si la piscine est correctement entretenue, il est nécessaire de renouveler une partie de son eau, au moins 30% de volume. Ceci élimine les produits à pouvoir rémanent qui s’accumulent durant toute la saison, mais également les matières chimiques dégradées. Si votre bassin est équipé d’un escalier avec liner, le renouvellement en eau doit être effectué plusieurs fois, par de petites vidanges très partielles, de façon à ne jamais découvrir la 1ère marche.

Particulièrement sensible aux différents dépôts fixés par les rayons solaires (calcaire, produits gras..), la ligne d’eau doit être nettoyée fréquemment, avec des produits adaptés, non abrasifs, exempts de solvant et compatible avec le revêtement.

Afin d’éviter la fixation du tartre, on utilise chaque année en début de saison un stabilisant calcaire, à renouveler à moitié dose en milieu de saison. Ceci permet d’éviter un encrassement généralisé qui conduirait à vouloir vider le bassin pour le nettoyer.